Home Interviews Diana BLE se vide : “En prison, j’ai reçu la visite d’un...

Diana BLE se vide : “En prison, j’ai reçu la visite d’un ange gardien”

1298
0

Décédé le 12 Août dernier, au lendemain de la Tabaski, le départ précipité du Roi du coupé décalé avait tenu toute la Côte d’Ivoire en émoi.

Très affectés, ses fans qu’il appelait affectusement “Chinois” ont mit du temps à digérer cette triste nouvelle.

Après la grande veillée en hommage à l’icône de la jeunesse au stade Félix Houphouët Boigny, la mise en terre de la dépouille se déroulait au cimetière de Williamsville, réouvert et affrété pour l’occasion.

Personnalités publiques, famille, fans, tous sont venus de loin pour rendre un vibrant hommage à leur artiste.

La douleur dans l’âme, certains ”Fans” refusaient d’accepter les faits, pour eux ”Arafat” n’était pas mort.

Les plus curieux ou du moins les ”Saints Thomas” voulant s’en assurer on poussé très loin le bouchon en enlevant de terre la dépouille mortelle.

”Profanation” qui a provoqué un gros scandale médiatique.

Aujourd’hui Maranatha Medias va à la rencontre de Diana Blé, une jeune étudiante qui avait été mise aux arrêts dans l’affaire ”Profanation de la tombe d’Arafat DJ”

Bonjour Diana Blé comment allez-vous ?

Bonjour madame ! Je me porte très bien merci, par la grâce du Grand Barbu ! Et j’espère que vous aussi ! (Rire)

Sur internet vous êtes connues pour être celle qui a profanée la tombe d’Arafat Dj. Au-delà de cette mésaventure c’est qui Diana BLE ?

Merci ! A l’état civil, c’est Ble Diana Véronique. J’aurais 25 ans dans exactement une semaine ! Et je suis étudiante en faculté de Bioscience ( CBG ) à l’université FHB de cocody et Délégué médical en formation ! Et aussi enfant unique.

Quelles étaient vos conditions de vie durant les 30 jours que vous avez passés en prison ?

La première semaine j’ai failli mourir, (rire)! C’était tellement difficile d’être séparée de ma mère, de la maison. C’était un autre monde. Je me demandais comment j’allais tenir pendant un an dans cette prison. Mais contre toute attente, avec l’amour que mes codétenus me portaient, Maman Féli, ma tutrice, Maman TATA qui veillait à ce que rien de fâcheux ne m’arrive. Déborah qui m’aidait à m’intégrer et me faire accepter ! Mr Dieudonné alias Dent en or qui m’épaulait aussi bien financièrement que moralement ! Notre maman Bâtiment, maman Bini, qui me remontait toujours le moral. En définitive, tout s’est bien passé !

Etant en prison quel était votre état d’esprit ?

J’étais vraiment triste, d’être aussi loin de ma mère, à qui je suis beaucoup attaché, mais surtout d’être enfermé plus pour ce que je pense que pour ce que j’ai fait ! Mais j’étais confiante que Dieu agirait en ma faveur ! Parce que je crois en Dieu qui ne ment pas et donc je n’ai jamais arrêté d’y croire.

Cette mésaventure a-t-elle entaché votre vie ou vous a-t-elle ouverte des portes ?

Ho ! Moi je pense qu’elle a été surtout bénéfique ! Elle m’a ouverte des portes. J’ai un carnet d’adresse de personnes extraordinaires avec un cœur aussi bon que blanc !

Nous avons eu écho de ce que vous aviez rencontré un personnage mystérieux en prison qui a changé votre vie, pouvons-nous en savoir plus ?

Effectivement, je recevais mes parents, quand un avocat est apparue et nous a dit qu’il était là de la part de son client, qui veut rester l’anonymat et garder son identité secrète. Ce monsieur a assisté mes parents jusqu’à la fin. Et c’est seulement qu’à la fin que j’ai eu l’occasion de lui parler de vive voix. Mais croyez moi, ce monsieur, jusqu’à aujourd’hui, ne m’a effectivement jamais révélé son identité ! Il dit que je ne suis pas encore prête ! Mais il m’a dit qu’il voulait m’aider à réussir dans la vie, à devenir QUELQU’UN ! Et depuis ce jour, il me conseille et m’apporte son aide tous les jours, tel un véritable père. Comme le père que j’ai toujours voulu avoir ! Mais je suis bien pressée, tout comme vous, de découvrir qui est-ce ! Donc pour l’instant je l’appelle, l’ange gardien !

Au soir de votre libération, le 30 Octobre 2019, quelle a été votre première activité ?

Ma première activité était de profiter de ma famille, mon anniversaire étant juste une semaine après ma libération et bien, ma mère et mon « Ange Gardien » m’ont organisé une grande fête, avec tous mes amis et ma promo de terminale ! Rire. Après je suis allé pour un bilan de santé, j’ai su que j’étais enceinte pendant tout ce temps. Et c’est là que tout a basculé !

Que devenez-vous après l’histoire de la profanation de la tombe de feu Dj Arafat ?

Hoo, j’essaie de reprendre ma vie là où elle a freiné, mais avec l’arrivée du bébé ce n’est pas chose aisée. Surtout que je ne peux plus sortir tranquille sans être interpellé à tous les carrefours ! Mais je reprends les cours très bientôt ! Et je suis sûre que les choses iront pour le mieux !

Nous aurons appris que vous ne vivez plus en Côte d’Ivoire ? Est-ce vrai ?

Mais non, je suis en Côte d’Ivoire et toujours à Abidjan ! J’ai voyagé, c’est vrai ! Mais non, je suis revenue au bercail !

Que vous a appris cette fameuse expérience ?

J’ai appris, que rien, je dis bien rien, ne vaudra la liberté ! Et ce, pour des siècles et des siècles ! J’ai surtout compris que l’homme noir n’est heureux que lorsque qu’il participe à rendre malheureux son prochain ! Mais le plus important est que j’ai expérimenté cette phrase : « DIEU est capable de faire tout ce qu’il dit qu’il peut faire ! » j’en suis la preuve vivante !

Avez-vous un dernier mot ?

C’est plus des remerciements ! Jusque là j’étais en liberté conditionnel ! Et j’étais interdit de me prononcer sur l’affaire, au risque de retourner en prison ! Mais maintenant je peux, depuis aujourd’hui je suis totalement libre. Je tiens à remercier toutes ces personnes qui, sans me connaître, ont milité pour ma cause. J’ai une copine qui ne parle plus même avec d’autres personnes tout ça pour m’avoir défendu ! À chacun de vous, je dis merci
Merci, tout particulier au Professeur Michel Galy, ce Mr qui a mobilisé la presse pour moi, et que j’appellerai dès que possible ! A madame Pulcherie Gbalet, qui s’est battu bec et ongle pour obtenir ce résultat et j’ai été peiné de savoir en prison. Malheureusement je n’ai pas assez de force pour l’aider à mon tour mais je lui apporte tout mon soutien ! Que Dieu la bénisse, que la justice triomphe toujours et que Dieu bénisse la Côte d’Ivoire.

 

Interview réalisée par Laetitia LAGO

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here