Home Interviews Marie Noëlle Bohui, le maquillage a changé sa vie !

Marie Noëlle Bohui, le maquillage a changé sa vie !

102
0

Talent’yeux se pose aujourd’hui chez une passionnée du maquillage sous toutes ses formes.

Esthéticienne, maquilleuse artistique, formatrice et conceptrice du Maquill’art, Marie Noëlle Bohui est une jeune dame dévouée et surtout talentueuse. Depuis l’âge de 12 ans, elle a un faible pour l’art. Etre esthéticienne était donc pour elle un rêve d’enfant. Pour réaliser son rêve, Marie Noëlle Bohui intègre un centre de formation spécialiste en soins de beauté.

Excellente dans le maquillage classique, elle ne savait cependant pas faire de dessin. Et n’était vraiment pas brillante en salle de classe. Mais à force de courage et de persévérance, elle obtint en 2009 son diplôme de formation. Et prend la ferme volonté de réussir dans la voie qu’elle avait choisie. Marie Noëlle se met à bouquiner. Acharnée au travail, elle finit par dompter le pinceau et la peinture. Alors que rien ne le présageait, elle se découvre et se forge un talent pour le maquillage artistique.

Pour Marie-Noëlle Bohui, il faut impérativement donner au secteur du maquillage artistique de la visibilité en Côte d’Ivoire. Et, surtout lutter contre les stéréotypes, car le maquillage loin d’être un métier accessoire, est un métier qui nourrit pleinement son homme. C’est dans cette optique qu’elle peint le projet « Maquill’art ».

Maquill’art est une plateforme qui réunit chaque deux ans les professionnels et amoureux du maquillage.

« Ce qui me rend fière aujourd’hui, c’est mon festival. Faire un défilé de maquillage artistique, pour moi, c’est du jamais vu en Côte d’Ivoire et en Afrique de l’ouest. Ça me rend vraiment fière. Je suis fière aussi quand je forme des gens qui réussissent dans le métier. », se réjouit-elle.

Evénement bi-annuel, Maquill’art en était à sa deuxième édition sous le thème « le maquillage d’hier à aujourd’hui » en 2019. L’édition 3, initialement prévue cette année, aura finalement lieu l’an prochain, en février.

Un festival, une clintèle huppée, des sollicitations à l’international

En plus de faire connaitre le métier du maquillage sous toutes ses facettes à travers panels, expositions ventes et défilés artistiques, l’un des objectifs du Maquill’art est de dénicher et mettre en lumière plusieurs génies en herbe du maquillage.

« J’encourage les jeunes à embrasser ce métier. S’ils veulent vraiment, qu’ils le fassent. Pour vraiment vivre de l’esthétique, faut l’aimer d’abord. Mais si tu le fais pour de l’argent, tu ne pourras jamais l’avoir parce que tu seras faux avec ta clientèle », fait-elle savoir avant de lâcher un rire radieux.

Pour Marie-Noëlle, les difficultés liées à son métier n’ont jamais été une raison valable pour jeter le pinceau. Bien au contraire, cela constitue une opportunité pour se dessiner un bel avenir. L’initiatrice de Maquill’art voit en toutes ces situations difficiles, une invite au travail bien fait.

«J’ai une clientèle très sélect.  J’ai une forte clientèle expatriée et aussi une clientèle ivoirienne. En général, ce sont des clients d’un certain niveau financier. Des personnalités politiques, des directeurs de sociétés. », nous confie-t-elle.

Prisée par les spécialistes du milieu, Marie-Noëlle Bohui est assez sollicitée hors de nos frontières pour des formations et des événements. Ce sont entre autres le Salon international de l’esthétique à Paris où elle a représenté la Côte d’Ivoire à deux reprises, la Journée esthétique du Togo, du Bénin, de la Guinée-Equatoriale, du Burkina Faso…
En partenariat avec une école d’esthétique au Togo, la maquilleuse ivoirienne y enseigne le maquillage artistique. C’est le cas dans d’autres écoles de quelques autres pays de la sous-région.

 

Interview réalisée par Laetitia LAGO

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here