Home Clin d’œil Momo Le Messi, Gendarme par Vocation, Zouglouman par Passion!

Momo Le Messi, Gendarme par Vocation, Zouglouman par Passion!

912
0

Gnabro Modeste est né en 1989 au moment où l’embryon du Zouglou se constituait. Il a donc le Zouglou dans son ADN. Déjà en 2007, après avoir abandonné les études après l’obtention du Brevet d’Etude du Premier Cycle, il officiait comme DJ dans un espace. Il était par la même occasion membre d’un groupe d’ambiance facile (Woyo). Féru de musique, il prend le temps de bien de former avant de se lancer dans une carrière artistique à proprement parler.

Alors qu’on aborde l’année 2010, il songe à souder « ses arrières ». Cette année-là, il est admis au concours d’entrée à l’école de gendarmerie. Il en ressort en 2012, après avoir fini sa formation. Etant gendarme plein, il ne compte pas pour autant s’arrêter en cours de chemin. Il entame un stage commando en 2015 à Kebefia d’où il sortira avec le prestigieux béret rouge.

C’est en 2018 qu’il a véritablement lancé sa carrière artistique avec un maxi-single de trois titres baptisé « Lago Ayo ». Cette œuvre n’a pas eu le succès escompté faute de promotion. Il essaie de se repositionner en 2019 avec le titre « amour d’enfance ». Dans cette chanson, il raconte sa mésaventure avec celle qui occupait son cœur à cette époque. Ils ont dû se séparer à cause de « la religion et la tradition ». Cette chanson a d’ailleurs été reprise sur l’album « Témoignage » sorti le 27 juin 2020 avec la brillante collaboration du groupe « Les Magnifics »,

Dans cet opus, Il aborde divers sujets qui rythment notre quotidien. Par exemple, dans le titre remixé « Lagô Ayo », il voue un sacré culte à Dieu. Il distille de l’espoir dans le titre « ça va aller » chanté avec l’artiste Karismatik du Zouglou ; il rend hommage à ses frères d’arme dans la chanson « Hommage aux Monos » ; il a une pensée pieuse pour tous ceux qui nous ont devancés dans le ventre de la nuit dans le titre « A nos disparus ». Sur cette chanson, il a bénéficié du soutien du Collectif Niangon. Les amoureux d’ambiance facile vont forcément apprécier le titre « Woyo mono » …

Le commando-chanteur prend le temps de tisser sa toile. Il n’est pas « pressé » et demeure « convaincu que son heure viendra ». Lui qui se démerde avec ses propres moyens, faute de producteur.

 

Marcellin Atissony 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here